Dure, dure de bricoler quand  on ne s’y connaît pas… - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

Dure, dure de bricoler quand on ne s’y connaît pas…

Dure, dure de bricoler quand  on ne s’y connaît pas… - Mary Kildare

On choisit sa maison, mais pas forcément la tuyauterie. Je viens de déménager dans une maison de style colonial français. Remplie de charme et d’histoire. Je savais dès le début que les problèmes de débouchage de tuyauterie doivent forcément se faire, mais bon, je ne les attendais pas avant 5, voir 10 ans.  Nous avons eu la maison pour une bouchée de pain. Vraiment pas cher. Avec mon mari, nous avons fait faire les retouches nécessaires et urgentes par des professionnelles et pour le reste, on a décidé de retaper la maison nous-mêmes dans le temps. Mon mari s’y connaît en bâtiment. Il n’est pas pro, mais a les connaissances de bases pour faire de la peinture, serrer une vis, vernir le bois, pour faire les réparations de bases quoi. Il ne faut surtout pas lui demander plus, et le décourager quand il veut faire plus.

Dans de nombreux sous-sols ; dans mon garage et dans la buanderie il y a drains de sol qui emportent les eaux usées provenant des climatiseurs centraux, machines à laver, chauffe-eau, etc. Au fil du temps, et vu l’âge de notre maison, il est tout à fait normal que ces tuyauteries recueillent de grandes quantités de résidus de savon, de sable et les bactéries gluantes qui se cristallisent à l'intérieur du tuyau d'évacuation. Toujours est-il que ce matin au réveil, mon mari a remarqué de l’eau coulait du lavabo de la salle de bain. Cinq minutes plus tard, je l’entends dévaliser les escaliers et deux minutes plus tard bang, bang, dans la salle de bain.

Comme vous le soupçonnez sans doute, son objectif était de briser ces blocages afin de libérer l’eau du lavabo. Mais quand mon mari se met à bricoler comme cela, sans annoncer la couleur ; je m’inquiète. Ce n’est vraiment pas son truc. Un petit bricolage de rien du tout fini par devenir une entreprise qui va nous coûter très cher.  Plutôt que d’utiliser une tarière électrique, il va chercher un bâton à enfoncer dans le trou du lavabo. Le bâton s’est cassé à l’intérieur. Vu qu’il l’a enfoncé assez en profondeur, impossible de l’enlever. Il a non seulement trop insisté ; mais il a eu l’idée d’utiliser un couteau pour finir par percer le tuyau en question. Jusqu’à présent, je ne sais pas comment il réussit à trouer ce tuyau !

Résultat ; de l’eau partout dans la salle de bain. Une heure plus tard, le plombier qui s'est finalement chargé du drainage, arrive avec une facture de 300$, un lavabo entier à changer et un mal de tête pour débuter ma journée !