L'importance de croire en ses rêves - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

L'importance de croire en ses rêves

L'importance de croire en ses rêves - Mary Kildare

Depuis que je suis jeune, je ne pense qu’à une chose, devenir mannequin. Cela est une obsession pour moi. Ma famille et mon entourage ont pensé tout d’abord que c’était simplement les caprices et les envies d’une petite fille. Tous les enfants rêvent d’être chanteurs, mannequins, maîtresses d’école. Ce sont des métiers qui attirent, car c’est bien souvent les seuls que nous connaissions quand nous sommes encore petits. Dans ma classe, je me rappelle qu’on était huit petites filles à vouloir devenir mannequins.

La différence que j’avais avec les autres enfants était que, ma mère avait accepté de m’amener faire des concours de beauté. Plusieurs fois, j’ai gagné la première, ou la seconde place, et j’étais la plupart du temps sur le podium. Cela m’a encouragé à poursuivre cette voie, et à ne plus lâcher ce rêve qui devenait de plus en plus à ma portée. Quand j’ai eu dix ans, une agence m’a remarquée lors d’un concours, et m’a proposé de faire des photos pour un magasine local. J’étais aux anges ! Je me faisais enfin connaître, et c’était le début de la célébrité. J’ai enchaîné plusieurs séances de photos, posée pour différents magasine, et même pour une publicité qui est passée en boucle pendant des mois à la télévision. Les gens commençaient à me reconnaître et à me demander des autographes.

C’est alors qu’est arrivé le plus grand malheur de ma vie. Alors que je n’avais que dix-huit ans et toute la vie devant mois, j’étais à l’apogée de ma beauté, de ma célébrité et j’avais une vie professionnelle épanouissante et toute tracée, les premières varices sont apparues sur mes jambes. J’ai subi plusieurs séances de laser, j’ai essayé de nombreuses crèmes et traitements, mais rien n’a changé. Ces dernières commençaient à se voir de plus en plus, et à me faire mal. Impossible de faire des défilés, mis à part, quand je n’avais pas à porter de robes ou de jupes. Malheureusement, ce métier est impitoyable et dès les premiers signes, j’ai commencé à avoir de moins en moins de travail, et mon gérant me délaissait. Cela m’a vraiment rendue très triste et déprimée pendant de nombreux mois.

J’ai cherché une alternative, et j’ai fini par en trouver une. Je suis maintenant mannequin pour une grande marque de lunettes de soleil. Ainsi, il n’y a aucun besoin d’exposer mes jambes, le regard est principalement sur mon visage. Grâce à cela, je peux continuer à travailler dans le secteur qui me passionne.