Par un heureux hasard... - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

Par un heureux hasard...

En me promenant en ville, j’ai découvert une petite rue vraiment agréable. J’ai décidé que j’y passerais plus souvent, si j’en ai le temps, évidemment. Comme je voulais des Comptoirs de salles de bains, je cherchais le bon endroit pour en trouver. J’ai rencontré une amie qui revenait de son cours de danse. Elle avait pris quelques minutes pour s’arrêter et prendre un café. Je l’ai aperçue à une terrasse et je suis venue la rejoindre. Elle était contente de me voir, car elle avait quelques questions à me poser. Elle sait que j’adore les séries, et elle voulait offrir un coffret de l’une d’elles à son conjoint. Seulement, elle ne connaissait pas les meilleures séries actuelles. Elle voulait avoir mon avis sur la question. J’ai pris un temps de réflexion avant de lui répondre. Je sais très bien ce qu’aime Jean-Paul, son conjoint. 

Il adore l’action et les rebondissements. Trop de réflexion, des moments de contemplation ou sentimentaux, cela ne lui correspondait pas. J’ai donné une liste de titres à mon amie pour qu’elle puisse choisir plus facilement. Elle a passé une commande sur un site en ligne qui proposait un coffret à un prix bas. Ensuite, nous avons parlé du changement de vie que s’apprêtaient à entreprendre des amis que nous avons en commun, et qui sont partis vivre à l’étranger. Ils viennent de faire l’acquisition d’une maison en Toscane, une région de l’Italie où je rêve d’aller. Ils m’ont invité à passer chez eux un jour, mais je repousse toujours la date de mon départ, car j’ai trop d’obligations présentement. Ils m’avaient envoyé les premières photos qu’ils avaient prises de leur nouvelle demeure et des environs. J’ai donc montré le nouveau lieu de vie de nos amis à cette amie qui m’accompagnait. 

J’ai entendu un salut prononcé par une voix familière, qui venait de derrière mon dos. C’était Olivier. Il venait de sortir d’un rendez-vous chez une photographe, car il avait un dossier à préparer pour une entrée en école de théâtre. Comme il était mieux habillé qu’à son habitude, nous avons plaisanté. Cette rencontre due au hasard, nous a étonnés. Passer par cette rue est peu usuel, pour moi comme pour mes amis. Nous avons décidé de continuer cette fin d’après-midi chez l’un de nous. J’ai proposé d’aller chez moi, et j’ai même précisé que mon réfrigérateur était vide. Je devais passer prendre quelque chose à manger avant de rentrer. Tous les trois, nous avons pris les ingrédients pour une sauce carbonara. J’avais seulement des tagliatelles et du parmesan, mais nous avons complété avec tout le nécessaire.