Une difficile décision - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

Une difficile décision

Une difficile décision - Mary Kildare

Ma première impression, quand je suis rentrée dans cette maison, fut que je me sentais bien. Les propriétaires avaient laissé du mobilier, et cela donnait un semblant de vie à ces espaces gigantesques. Comme nous avons, avec mon conjoint, de nombreux meubles, combler ces vides n’était pas un problème. L’impression de clarté et de légèreté, surtout présente dans le salon, m’a tout de suite frappée. Le grand jardin, constitué d’une étendue de pelouse entrecoupée de jolis arrangements de végétaux, m’a conquise. Visible depuis le salon, je me voyais déjà dans ma chaise berçante, à observer les oiseaux et les transformations du paysage au fil des saisons. J’étais charmée. Cette première visite, j’en suis ressortie persuadée que mon conjoint voyait le même potentiel dans cette demeure que moi. Quelques travaux étaient à prévoir, je connaissais une compagnie de maçonnerie qui pouvait nous les faire. Ce fut lorsque nous nous sommes attablés, dans un restaurant, que mon conjoint m’a donné son avis.

Il était très négatif, j’étais ébahie. Il ne voyait que les défauts de la maison. Tout d’abord, elle était éloignée de la ville. Ensuite, les grands volumes pouvaient se révéler un problème, pour que nous ayons un chauffage performant. Pour finir, il a exposé les soucis que nous aurions, si nous devenions propriétaires de ce logement, pour entretenir le trop grand jardin. Ma stupéfaction se voyait et Arthur arrêta ses critiques. Il écouta les bons côtés, que, personnellement, j’avais vus dans ce magnifique lieu. Pendant toute la soirée, nous avons présenté nos arguments, sans aucune animosité. Nous parvenons à discuter calmement, même de sujets sensibles, ce qui est très agréable. Nous n’avions encore rien décidé, le lendemain, quand le courtier en immobilier nous a appelés.

Il avait une proposition intéressante d’un de ses clients et il voulait nous informer que la propriété ne resterait pas en vente longtemps. Nous devions choisir définitivement et rapidement si nous voulions l’avoir. Les avantages et les inconvénients de cet endroit, nous les avions exposés. Nous n’avions plus qu’à prendre une décision ferme. Ce ne fut pas simple. Après d’âpres discussions, je finis par rallier mon conjoint à mon point de vue. Nous avons donc envoyé un message au courtier pour lui faire part du montant que nous proposions pour l’acquérir. Après deux heures d’attente, qui me semblèrent désespérément longues, nous avons eu une réponse. Si nous le souhaitions, nous pouvions signer les documents officiels de l’acquisition dans une semaine.