Une journée des plus énervantes - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

Une journée des plus énervantes

Une journée des plus énervantes - Mary Kildare

Si j’avais eu plus de temps pour me préparer, je n’aurais jamais oublié ce dossier sur la table de ma salle à manger. J’ai donc vu que je l’avais laissé, alors qu’il m’était indispensable pour le rendez-vous auquel je me rendais. Je n’avais pas d’autre alternative que de faire un demi-tour, dès que l’occasion se présenterait. J’ai donc perdu plus de vingt minutes pour revenir chez moi, et récupérer la pochette où j’avais mis mes papiers. C’était désagréable d’être en retard, et j’étais terriblement stressée. J’ai donc senti que l’énervement me gagnait, et j’ai commencé mes exercices de respiration pour me détendre. Je me concentre sur mon diaphragme et je le distends, en remplissant mes poumons d’air, au maximum. De trois à quatre respirations sont nécessaires, en général, pour que je retrouve mon calme. En stationnant mon véhicule, j’ai heurté une moto. Elle est tombée lourdement sur le sol.

J’étais totalement en panique. Ce n’était vraiment pas mon jour de chance. Je suis sortie immédiatement pour voir les dégâts, et j’ai constaté que rien n’était endommagé. C’était, du moins, l’impression que j’avais. Par honnêteté, j’ai laissé mon numéro de téléphone sur une feuille de papier, que j’ai glissée sous les essuie-glaces. J’étais très énervée, lorsque je suis arrivée dans la salle de consultation. Après avoir eu autant d’événements à gérer en si peu de temps, je sentais que les limites de ma patience étaient atteintes. J’ai dû, pourtant, attendre trente minutes pour être observée par ce spécialiste. Il m’avait été recommandé par une amie. Grâce aux compétences de ce médecin, j’ai pu éviter une opération très douloureuse, et je lui en suis reconnaissante.

Comme j’avais tout décalé, à cause de mon retard, je ne vis pas que j’avais été contactée par un entrepreneur en toiture Saint-Pierre. De plus, lorsque j’ai voulu partir de ma place de stationnement, une autre automobile s’était mise là où la moto était placée. J’ai eu du mal à sortir, car je ne suis pas adroite quand je dois manœuvrer. Rentrer dans ma maison fut une source de soulagement. J’ai mis de la bonne musique, j’ai enlevé mes chaussures et enfilé des pantoufles, je me suis installée sur mon canapé avec une infusion apaisante. Reposée, rassérénée, j’ai pu regarder mes messages sur ma boîte électronique. Plusieurs d’entre eux réclamaient une réponse rapide de ma part. Décidément, j’ai dû me dépêcher toute cette journée.