Une vie d’adulte - Mary Kildare
Mary Kildare

Bonjour, je suis Mary. J’ai passé la grande majeure partie de ma vie dans les hôpitaux. Aujourd’hui, je profite d’une pré-retraite. De par la nature de mon travail qui était très prenant 10 mois par année, je n’avais pas vraiment l’occasion de passer beaucoup de temps sur un ordinateur. Bien entendu, je veux dire du temps pour moi seule. Donc aujourd’hui, je vais reprendre le temps perdu et vous parler un peu de moi, de ma vie et de mes rêves. Je vous souhaite de bonnes lectures en ma compagnie !

Une vie d’adulte

Une vie d’adulte - Mary Kildare

J’ai la terrible sensation de ne pas avoir fait grand-chose de ma vie. Je crois que j’ai échoué, aussi bien ma vie professionnelle, que celle personnelle. Pour tout dire, je crois que je n’ai pas réussi ma vie d’adulte. Ce qu’il y a, c’est que j’ai du mal à comprendre pourquoi je suis constamment dans cet état.  En fait, je dirais que j’ai tout pour réussir, ajouté au fait que j’ai un diplôme universitaire, je peux aussi sans aucun doute affirmer que je suis une femme instruite. Je dirais que le problème vient surtout du côté cœur. En effet, à mon âge, je ne suis toujours pas mariée, et j’ai la terrible impression que mon existence n’a pas trouvé sa place. Léonard de Vinci a dit, « La vie ne mérite pas d’être vécue sans amour », et ces temps-ci, je commence à le croire. Mon sentiment d’échec est quasi permanent. Ce que je voudrais, c’est pouvoir donner un sens à ma vie en faisant quelque chose qui me passionnerait, avec la personne qui me correspondrait. Ce qu’il y a, c’est que je ne sais pas comment m’y prendre. Dès que je décide d’entreprendre quelque chose pour pouvoir avancer dans la vie, je finis toujours au pied du mur. Ma conclusion est la même dans ma vie sentimentale, je n’ai connu que des revers. Pour faire une histoire courte, l’amour n’a jamais été bon pour moi. Tous les hommes que j’ai connus, ont fini par me quitter. Avec le recul,  je suis maintenant certaine que mes parents y sont pour quelque chose. En effet, mes parents ne m’ont jamais laissé décider toute seule, ils m’ont toujours imposé leur désir. De ce fait, ma personnalité et ma capacité à prendre les choses en main, en a drôlement pris un coup. Depuis longtemps que je me souvienne, ils m’ont toujours dicté leur volonté, je n’ai jamais eu la liberté de choisir ce que je voulais faire tant dans ma vie professionnelle que dans ma vie sentimentale. Pour illustrer, il y a deux ans, je sortais avec Michel, c’était un gars un peu désinvolte et qui exerçait un métier peu commun : planificateur financier. Donc, mon père n’a pas vraiment apprécié. Il a fini par me quitter après que mes parents aient tout fait pour. À présent, j’ai décidé de ne plus suivre les consignes de mes parents, car j’ai envie d’une vie autonome où je pourrai faire mes propres erreurs, sans avoir tout le temps quelqu’un sur le dos, une relation sereine avec quelqu’un qui n’est pas parfait. Bref, j’ai envie de dire à mes parents que ça fait plus de trente ans qu’ils auraient dû couper le cordon ombilical. Et détails amusants, dès que j’ai commencé à me mettre à dos mes parents, j’ai rencontré quelqu’un. En ce moment, ça a l’air de marcher avec lui. De l’autre côté, quand j’ai présenté Daniel à mes parents, ils n’ont plus fait de remarque désobligeante. Ils ont enfin compris que je voulais vivre en essayant de trouver ma voie toute seule sans l’aide de qui que ce soit.